Mois : octobre 2018 (Page 1 sur 2)

Novembre, Moi(s) sans tabac

Cette 3ème édition du « Moi(s) sans tabac », incite de manière positive les fumeurs à arrêter le tabac pendant 30 jours.
Des recherches indiquent qu’augmenter le niveau d’activité physique permet de réduire la consommation de tabac… et peut faciliter le sevrage tabagique.

Pour les « fumeurs abstinents », la pratique d’exercices physiques diminue les symptômes de sevrage, réduit le désir de fumer et favorise aussi le renforcement de leur système immunitaire, la diminution du stress…

De nombreux sites d’informations et de multiples manifestations actives auront lieu au cours de ce mois de novembre, Moi(s) sans tabac.
Rendez-vous, les 5 et 26 novembre au CREPS Auvergne-Rhône-Alpes/Vichy.
N’hésitez pas à vous renseigner au secrétariat du PMS !

Impact social de l’activité physique chez les malades chroniques

 

Que l’on soit malade, ou en bonne santé, l’activité physique est un facteur de lien social avant tout.

Fabrice Huré, rennais de 40 ans, est atteint d’insuffisance rénale et attend une greffe depuis 20 ans.

Le traitement par dialyse mis en place pour limiter l’évolution de la maladie et lui permettre de vivre était chronophage. L’évolution de ce dernier vers la dialyse longue nocturne a considérablement changé sa vie puisqu’elle lui a permis de trouver le temps nécessaire pour pratiquer de l’activité physique et sportive, en plus de sa vie professionnelle.

L’activité physique lui a permis de sortir de l’état d’isolement dans lequel il se trouvait, et de se réinsérer dans notre société.

Aujourd’hui, Fabrice Huré est un sportif aguerri qui se lance des défis, pour promouvoir ses combats et les bienfaits du sport santé.

« Pôle Sport & Cancer » de Bordeaux

De nombreuses études scientifiques ont démontré qu’une activité physique, suffisamment intense, régulière et encadrée par des professionnels formés a un impact bénéfique réel pour les personnes atteintes de cancer, aussi bien pendant la maladie qu’après les traitements.  

La CAMI Sport & Cancer développe et structure l’activité physique en cancérologie et en hématologie depuis 18 ans sur les 3 étapes du parcours de soin : à l’hôpital, en ville, après le cancer

Le pôle sport et cancer de la polyclinique de Bordeaux, créé à la suite de partenariats permet aux patients de pratiquer une activité physique au sein même de celle-ci, à raison de 2 séances collectives par semaine, sur une période de 6 mois à un an.

En un an, une centaine de patients a pu bénéficier de ce programme.

Le comité CAMI Gironde souhaite proposer, dans un futur proche des séances de thérapie sportive en ambulatoire aux personnes suivies à la polyclinique.

Pratiquer une activité physique adaptée après une greffe

Vendredi dernier, l’association Régionale des greffés du cœur a organisé son 2ème colloque « Prévention médicale et thérapeutique non médicamenteuse : Sport, Santé, Bien-Être ».

L’intérêt de la pratique d’une activité physique thérapeutique et l’optimisation de la réadaptation cardiaque en valorisant au mieux les moyens proposés aux adultes et enfants greffés ont été présentés lors de ce colloque.

Un programme pilote en partenariat avec l’ASPTT de Marseille débutera ce vendredi, a raison d’1 heure par semaine pendant une année afin de permettre à des adultes greffés depuis plus ou moins longtemps de se remettre ou se mettre à une activité physique adaptée à leur état de santé.

L’objectif consiste également à pérenniser leur activité après ce programme.

Les enfants participeront en mai prochain aux jeux des dialysés et greffés.

Page 1 sur 2

Pôle Ressources National Sport Santé Bien-Être 2017