Mois : novembre 2018 (Page 1 sur 2)

Quelles activités sportives pour les patients souffrants de la maladie d’Alzheimer ?

La maladie d’Alzheimer provoque un ralentissement global de la motricité et des activités quotidiennes. Toutefois, l’exercice physique maintient les capacités fonctionnelles et cardiorespiratoires et la réalisation des gestes simples de la vie au quotidien.
Il est prouvé que l’activité physique apporte un bienfait chez l’ensemble des patients souffrants d’une désorientation spatiale.
L’activité physique adaptée (APA) fait partie des traitements non médicamenteux de la maladie d’Alzheimer. En effet, la pratique régulière d’une activité physique contribue à maintenir la tonicité musculaire, lutte contre l’isolement social et peut faire travailler la mémoire.
Les patients qui ont recours à ces activités sportives adaptées (marche, natation, ergocycle et rameur…) témoignent de bénéfices physiques (par exemple sur l’autonomie et l’endurance), mais également de bénéfices psychosociaux (lutte contre l’isolement, meilleure image de soi).

Activité physique et pratique sportive pour toutes et tous. Comment mieux intégrer ces pratiques à nos modes de vie ?

Le rapport de France Stratégie -novembre 2018 est disponible dans nos « Ressources »
Dossier de présentation du rapport
« Instaurer en France « une culture d’activité physique et sportive » d’ici 2024 suppose de banaliser l’activité en l’inscrivant dans notre quotidien. De sortir de l’image du « sport comme dépassement de soi » pour aller vers des pratiques « bien-être » et des mobilités actives pour toutes et tous, à chaque âge de la vie. » (Présentation éditeur)

 

Prévenir l’ostéoporose grâce à une activité physique

L’ostéoporose est une maladie qui touche 39 % des femmes après 65 ans et 70 % des femmes âgées de 80 ans et plus.
L’ostéoporose, à la fois réduction de la densité osseuse et altération de l’architecture osseuse favorise les fractures notamment au niveau du poignet, des vertèbres mais surtout du col fémoral.
Pour lutter contre celle-ci, la pratique d’une activité physique est donc fortement recommandée.
Il ne faut pas hésiter à varier les activités (marche nordique, footing, taï-chi, musculation, danses de salon…) pour en tirer tous les bénéfices possibles et de ce fait, diviser les risques.

On s’active ? Spécial jeunes !

 

On s’active ? Spécial Jeunes ! 2018.
Ce clip vidéo, réalisée par Sophie CHA, Médecin conseiller à la DRJSCS de Bretagne est une mise en images pour la lutte contre la sédentarité chez les jeunes.

Page 1 sur 2

Pôle Ressources National Sport Santé Bien-Être 2017