Catégorie : Actualités (Page 1 sur 23)

« Allo Docteurs »

Rhumatismes : bouger pour aller mieux, thème de l’émission « Allo Docteurs » du vendredi 13 avril 2018.

Invités de l’émission, le Professeur Géraldine Fanfaronne, rhumatologue (université Paris 13) et Badr El Hariri, kinésithérapeute du sport ont prodigué conseils et précisions sur la pratique d’activités sportives adaptées pour les personnes atteintes de pathologie inflammatoire et de maladies dégénératives d’usures.

Un premier reportage présente un programme du service de sport adapté de l’hôtel Dieu à Paris. Le second, consacré à Corinne Durand, montre la place importante de l’activité physique et sportive pour cette personne atteinte de spondylarthrite ankylosante. Au travers de défis sportifs, elle participe à faire connaitre sa maladie et démontre les bienfaits du sport sur sa prise en charge (notamment psychologique).

Retrouvez l’émission et les reportages ici.

Pôle Actif Jeune.

Près d’1 enfant sur 4 à travers le monde souffre de surpoids ou d’obésité.
Un indice de masse corporelle élevé dans l’enfance est associé à un risque majoré de diabète de type 2 à l’âge adulte.
Les résultats d’une étude danoise montrent que les hommes ayant souffert de surpoids dans l’enfance n’ont pas d’augmentation du risque de diabète de type 2 si une perte de poids se produit avant la puberté. ( JIM)

Le Pôle Médical Sportif du CREPS Auvergne Rhône Alpes / Vichy a mis en œuvre depuis mercredi dernier, le programme « Pôle Actif Jeune »

Ce programme expérimental a pour objectif d’initier une démarche pour concrétiser dans la vie de tous les jours et sur le long terme, les changements de comportements utiles à la bonne santé et donc à une bonne qualité de vie.

Il vise à améliorer l’état général de santé des jeunes de 9 à 13 ans grâce à une prise en charge pluridisciplinaire (pratique d’une activité physique régulière et adaptée / participation à des ateliers sur le thème de l’alimentation) et à éviter d’éventuelles complications.
Les familles sont associées aux ateliers animés par la diététicienne.

Le programme comprend :
7 séances d’1h30 d’activités physiques (les mercredis)
5 séances, tous les matins pendant 1 semaine de vacances scolaires portant sur :

–  Promotion de l’activité physique
–  Lutte contre la sédentarité
–  Atelier diététique

1 atelier diététique avec les familles
1 suivi mensuel sur 3 mois après programme, établi par une infirmière du réseau Asalée.

Appel à candidature : Programme nationale mobilité active, sport-santé et compétitivité des entreprises

De nombreuses études mettent en évidence l’impact et les bienfaits de l’activité physique et du sport en termes de santé, d’efficacité, de bien-être, de compétitivité des entreprises et de productivité.

Le club des villes et territoires cyclables et l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) en partenariat avec l’Observatoire national de l’activité physique et de la sédentarité (Onaps), la Fédération française du sport d’entreprise (FFSE), proposent aux entreprises volontaires de participer à un programme d’expérimentation et d’évaluation qui se déroulera de mai 2018 à mai 2019.

L’objectif est de renforcer l’efficacité réciproque des démarches de promotion de l’activité physique et sportive et du développement de l’usage du vélo pour la mobilité domicile-travail en favorisant leur rapprochement et leur synergie au sein de l’entreprise.

Retrouvez l’acte de candidature et de plus amples explications ici.

Journée mondiale Parkinson

La maladie de Parkinson touche plus de 200 000 personnes en France.

La maladie de Parkinson est une maladie neurologique d’origine inconnue, caractérisée par la dégénérescence des neurones (cellules nerveuses) entraînant une diminution de la sécrétion de dopamine, impliquée dans le contrôle des mouvements.

Cette raréfaction de la dopamine est responsable de l’apparition des signes cliniques typiques de la maladie de Parkinson : tremblement au repos, rigidité musculaire, mouvements ralentis.

Pratiquer la marche rapide chaque jour (au moins 30 minutes), des exercices d’équilibre, du tai chi, de la danse, monter les escaliers… sont des activités favorisant la sécrétion de dopamine.
Elles permettent en parallèle de diminuer le risque de chute, d’améliorer les performances motrices, cognitives et la qualité de vie

Le type d’activité doit être adapté aux problématiques des personnes et au stade évolutif de la maladie.

Lire l’article « Parkinson : les pistes de l’immunothérapie, l’activité physique et le changement de regard sur les malades » sur le site de agevillage ici.

Retrouvez tous les événements de cette journée sur le site de France Parkinson ici.

Page 1 sur 23

Pôle Ressources National Sport Santé Bien-Être 2017