Page 2 sur 33

Questionnaire dispositifs sport sur ordonnance

L’Onaps et le Pôle Ressource National Sport Santé Bien-Être ont réalisé conjointement en octobre 2017 une publication autour du décret « Sport sur ordonnance », faisant la synthèse des éléments législatifs, administratifs et politiques, apportant des éléments sur les ALD et présentant quelques expériences menées sur les territoires.

Dans la lignée de cette publication, et suite aux recommandations issues d’un rapport conjoint entre l’Inspection générale des affaires sociales et de l’Inspection générale de la jeunesse et des sports en vue de l’élaboration d’une stratégie nationale du sport-santé, il a été décidé de poursuivre le recensement des dispositifs et d’entamer le recueil des éléments d’évaluation mis en place localement.

En partenariat avec le réseau des villes sport santé sur ordonnance du réseau français des villes OMS, ce questionnaire a ainsi été élaboré afin de recueillir les informations nécessaires pour répondre à cet objectif et alimenter une base de données nationale. Il s’adresse à tout porteur d’un projet « sport sur ordonnance ».

Voici le lien pour y répondre :
http://enquetes.uca.fr/index.php/827826?lang=fr

Nous vous remercions par avance pour votre collaboration.

Une réponse à ce questionnaire est attendue avant le 20 septembre.

Corinne Praznoczy, Directrice de l’Observatoire national de l’activité physique et de la sédentarité

Jacques Bigot, Responsable du Pôle Ressources National Sport Santé Bien-Être

 

1er séminaire sport santé de Polynésie française

L’alimentation déséquilibrée, le manque de pratique d’activité physique et la sédentarité sont trois facteurs de risques majeurs qui entrainent  et développent des maladies de surcharge pondérale, représentant le premier « fléau » de santé publique en Polynésie française.
Le gouvernement a décidé de mettre en place, au travers du sport, un dispositif innovant : « Les activités physiques et sportives adaptées à la santé ».
Lors du 1er séminaire sport santé de Polynésie qui s’est tenu à Tahiti du 16 au 18 juillet, les résultats de l’expérience pilote portée par le réseau Maïta’i sport-santé ont été présentés.

Ces activités sont exécutées sur prescription médicale, encadrées par des professionnels du sport formés au sport santé, et organisées par le réseau «Maita’i sport santé » qui coordonne la prise en charge du patient. 

Par groupe de 10 personnes à raison d’une heure, 2 à 3 fois par semaine, 145 patients affectés par une surcharge pondérale, ou un diabète de type 2, une hypertension artérielle, un cancer, une pathologie pulmonaire ou une perte d’autonomie (certains patients cumulent plusieurs pathologies) pratiquent des APA au sein d’ateliers tels que la remise en forme, le Qi Qong, la natation-santé, l’athlé-santé (marche nordique), le basket-santé, l’aviron-santé, le karaté-santé et le multi-activités, sur la zone du grand Papeete (Punaauia à Mahina).

Le bilan dressé après 7 mois d’expérimentation, montre que l’ensemble des paramètres évalués a progressé de manière significative tant au plan physique, que psychologique et social.  

Le séminaire sport-santé a eu pour objectifs de :  

  • Prendre connaissance des définitions et des recommandations nationales et internationales en matière de sport santé et d’APA ;
  • Être informé des bénéfices des APA sur la sédentarité, l’obésité, le diabète de type 2, l’hypertension artérielle, le cancer, la broncho-pneumopathie chronique constrictive ou la perte d’autonomie ;
  • Partager les expériences des réseaux sport santé ;
  • Créer un langage commun sport santé sur le territoire.

L’un des enjeux majeurs est de développer des solutions concourant à la maitrise des dépenses de santé.

28 juillet : Journée mondiale contre l’hépatite

Cette journée mondiale, voulue par l’OMS, est destinée à faire connaître les différentes formes d’hépatite au grand public et les moyens de la prévenir et de mieux vivre avec la maladie.

Certains traitements peuvent entraîner des douleurs musculaires, des raideurs articulaires, des troubles du sommeil, un syndrome dépressif, des maux de têtes, des vertiges et de la fatigue. L’activité physique permet de diminuer ces effets délétères, de lutter contre l’anxiété, l’irritabilité et d’améliorer la résistance au stress.

Aujourd’hui, afin de préserver notre santé, limiter et/ou empêcher certaines hépatites, il est possible d’intervenir préventivement en agissant sur notre alimentation et notre niveau d’activité physique.
De multiples disciplines adaptées à vos capacités physiques s’offrent à vous.
Demandez conseil à votre médecin, renseignez-vous auprès des clubs afin de pratiquer l’activité physique qui vous conviendra le mieux.

Et pourquoi pas faire du roller cet été…

Le roller s’intègre parfaitement dans la vie courante notamment en tant que mode de déplacement actif.

Accessible de 7 à 77 ans, le roller, sport complet développe les qualités d’équilibre, de rapidité, de souplesse et de réactivité.

Les bienfaits aux plans cardio- pulmonaires, musculaires (mollets, cuisses, fessiers, abdominaux) et articulaires sont avérés.

La fédération Française de Roller et skateboard donne « quelques conseils pour patiner malin en randonnée » ici.

Chaussez vos rollers et partez à la découverte de Paris, et de bien d’autres coins de France en choisissant la randonnée roller adaptée à votre rythme et à votre niveau. Plus d’info ici.

Pôle Ressources National Sport Santé Bien-Être 2017